L’Hôtel de Lamballe

Un Palais à la campagne


A l’invitation de notre amie Yasemin Onaner, épouse de SE l’Ambassadeur de Turquie, nous avons eu le privilège de visiter la résidence, un Palais situé dans ce qui était la campagne de Passy jusqu’au XIXe siècle et dont le parc s’étendait jusqu’à la Seine. Il fut la demeure de membres influents de la noblesse sous la royauté, le Duc de Lauzun, puis Marie-Thérèse, Louise de Savoie Carignan, Princesse de Lamballe, amie de la Reine Marie Antoinette dont le destin fut tragique ; elle qui avait été l’amie proche de la Reine fut sauvagement tuée lors de la révolution.

Au XIXe siècle, la maison fut, sous l’autorité du Dr Blanche, une célèbre clinique psychiatrique " cinq étoiles" fréquentée par des politiques, des artistes et des écrivains, Nerval, Marie d’Agoult, la Comtesse de Castiglione. On y venait du monde entier. Baudelaire rêvait d’y séjourner mais sa mère trouva que les tarifs étaient inabordables…
Des soirées littéraires, musicales embellissaient le quotidien ! Y participèrent Charles Gounod au piano ou encore George Bizet, Gabriel Fauré, Hector Berlioz.
Comme dans le roman de Thomas Mann, les patients du Dr Blanche lorsqu’ils s’en éloignaient ne rêvaient que d’y revenir !

Au XXe siècle le Comte de Limur diplomate, pilote pendant la première guerre, et son épouse une des grandes philanthropes américaine Ethel Crocker, firent rénover ce palais avec goût et un respect méticuleux du patrimoine. Ils firent en outre don à la ville de Paris de la Maison de Balzac qui abrite le musée éponyme.

Ayant pris la nationalité américaine, le Comte de Limur rejoint le Général de Gaulle et à la fin de la guerre ouvre sa maison au Général Eisenhower qui en fait son quartier général.
En 1946, sous l’impulsion d’une jeune diplomate turque nièce du Ministre des Affaires étrangères, Nevin Menemencioglu, la République turque loue puis achète cette demeure.

Cette visite fut également l’occasion de rappeler les très anciennes relations diplomatiques entre la France et la Turquie, depuis Soliman le Magnifique répondant à la demande d’aide de François 1er "notre cheval est sellé, notre sabre est ceint " , à la visite en 1867 du Sultan Abdulaziz à l’invitation de Napoléon III, puis la création en 1868 du lycée impérial francophone Galatasaray qui a contribué largement à la formation des élites jusqu’à la proclamation de la République en 1923 par Mustafa Kemal Ataturk. Il fit entrer son pays dans la modernité.

Cette belle matinée se termina par un délicieux déjeuner de spécialités turques, de l’imam Bayaldi au voluptueux dessert au gout de pétales de roses ...

Une journée que nous garderons en mémoire !

RICHESSE DU PATRIMOINE

Nicole Tordjman

 
 
 
 
 
 

 

 
© Bienvenue en France NT