Paris a une nouvelle cathédrale !

Coiffé de cinq bulbes couverts de feuilles d’or, le centre spirituel orthodoxe russe, inauguré à l’automne dernier, est le symbole de l’amitié franco-russe.


Inauguré en octobre 2016, le nouveau Centre spirituel et culturel orthodoxe russe, avec ses bulbes reflétant les nuances du ciel parisien et situé sur les bords de Seine, fait désormais partie du paysage parisien au même titre que la Tour Eiffel, sa voisine, ou le Pont Alexandre III, symbole de l’amitié franco-russe.
Destiné à promouvoir la culture et la langue russe en France, il ouvre ses portes au public pour des concerts, projections de films, colloques et conférences et accueille enfants et adultes désireux d’apprendre le russe au sein de la filiale de l’Institut d’Etat de la Langue Russe dit Institut Pouchkine. Le centre abrite également la cathédrale orthodoxe rattachée au Diocèse de Chersonèse du Patriarcat de Moscou, sous l’autorité du Patriarche Kirill.

Dans le magnifique amphithéâtre du centre culturel, des vidéos nous ont fait apprécier ce que représente aujourd’hui la construction d’une cathédrale qui, au Moyen Age, s’édifiait en plusieurs siècles, et aujourd’hui en deux années.
Mais la main de l’homme apporte la touche finale : le poli de la pierre de Bourgogne, les bulbes en matériau composite de 11 mètres de diamètre recouverts de 90 000 feuilles d’or mat.
L’entreprise Bouygues en fut le maitre d’œuvre et Jean Michel Wilmotte l’architecte.

Le Père Ioann Dmitrov nous accueille dans la vaste cathédrale aux murs blancs qui, au fil du temps, s’ornera de fresques. De précieuses icones anciennes ornent déjà l’iconostase.

Il nous fait mieux comprendre les symboles inhérents à la religion orthodoxe en Russie : le nombre de bulbes, cinq, correspondent au Christ au centre, entouré des quatre évangélistes, la croix dont la partie supérieure supporte le cartel « INRI » rappelle Ponce Pilate, et la partie inférieure est traversée par une oblique, évoquant la « balance de la justice », indiquant à droite vers le haut l’idée du Bien, et vers la bas l’idée du péché.
Après la visite de l’exposition consacrée à Leonid Ouspensky, célèbre facteur d’icônes du 20ème siècle nous avons été reçues par Madame Galina Mechkova, épouse de SE l’Ambassadeur de la Fédération de Russie autour de délicieux pirojkis salés, sucrés et gâteaux au noix.

L’art culinaire fait aussi partie de la culture.

Par Nicole Tordjman et Marie-Valentine Carré