La Maison Gripoix, bijoux de haute fantaisie à forte personnalité !

Depuis plus d’un siècle, détentrice d’une technique artisanale sans égal de la pâte de verre attribuée aux perliers égyptiens, romains puis vénitiens.


Place des Victoires se trouve la Maison Gripoix. C’est là que nous nous sommes retrouvées le 9 mai accueillies par la Présidente et Directrice de la création, Madame Fanni FISCHER qui nous a fait découvrir le bijou Haute Couture, créé par la famille Gripoix. C’est en effet à cette adresse en plein cœur de Paris que se trouve l’atelier de conception et de fabrication de ces pièces uniques.

Dans les années 1920 la maison Gripoix a pour premier client, le couturier Poiret : des perles seront cousues sur les vêtements. Puis ce sera la Maison CHANEL pour laquelle seront créés des bijoux flamboyants (perles baroques, croix de malte) inventant un système de « nacrage » pour donner aux perles un éclat spectaculaire. De multiples collaborations suivront avec les plus grands noms de la Haute Couture : Schiaparelli, Tom Ford, Dior… Des maisons de parfums comme Guerlain font également appel à ce savoir-faire légendaire pour ornementer des flacons (l ‘Heure bleue, Shalimar) ainsi que les Maisons de bougies parfumées Dyptique et Trudon.

Nous avons pu exceptionnellement monter dans les ateliers et rencontrer les rares artisans formés à cette technique. Ils donnent vie à des collections joyeuses, colorées issues de croquis provenant d’archives pour la plupart s’inspirant de nombreux détails de la nature. Nous avons suivi les différentes étapes de fabrication d’un bijou : le dessin, la réalisation du bijou en alliage - secret maison -, le coulage de la pâte de verre fondue au chalumeau -120 couleurs, opaques, translucides ou transparentes dans le sertissage- , le polissage et la dorure à l’or 24 carats. Une seule pièce nécessite parfois jusqu’à une centaine d’heures de travail.

Nous vous invitons à découvrir un savoir-faire sans égal qui continue à illuminer les gardes robes de femmes élégantes d’hier, d’aujourd’hui comme de demain.

Par France Bussière et Nicole Parlange - Paris Insolite