Degas à l’Opéra. Des scènes, des coulisses, un éclairage, un public…. des danseuses !

« J’ai enfermé mon cœur dans un soulier de satin rose » disait Edgar Degas (1834-1917), ce célibataire endurci dont la seule maîtresse connue fut la peinture.

A l’occasion des 350 ans de la création de l’Opéra à la cour de Louis XIV, le musée d’Orsay nous convie à une exposition de ses plus belles œuvres portant sur le thème de la danse.

Pour Degas, le sujet des ballerines et de leur environnement constituera une « magnifique boîte à outils » à partir de laquelle il puisera inlassablement pour expérimenter de multiples moyens plastiques destinés à recréer le mouvement et l’atmosphère d’artifice du spectacle… et de ses coulisses : en effet, l’élite des spectateurs -les abonnés- poursuivaient les tout jeunes rats sous l’œil bienveillant de leurs mères. Degas utilise fusains, peinture à l’huile, pastels, monotypes, gravures, sans oublier sa passion pour la photographie grâce à laquelle il va traquer le geste avec son pinceau.

Et l’impressionnisme me direz-vous ? Même s’il a privilégié le dessin au début de sa carrière, en fin de parcours c’est la couleur et la lumière des rampes de scène qui explosent devant notre regard émerveillé.

Par Anik Doutriaux, conférencière

Galerie photo