Chambord, architecture de rêve, symphonie de pierre

"De loin l’édifice est une arabesque, il se présente comme une femme dont le vent aurait soufflé en l’air la chevelure de près cette femme se change en tours" écrivait Chateaubriand.


A l’occasion des 40 ans de notre association, pouvions nous rêver plus belle, plus riche visite que celle de ce château, le plus vaste au monde à l’époque de la Renaissance et qui anticipera par sa taille ce que sera Versailles. L’architecte concepteur serait Léonard de Vinci arrivé en France avec le Roi François 1er à son retour d’Italie en 1519. Le Roi et sa sœur, Marguerite de Navarre l’entourent de leur affection fervente. François 1er lui offre Le Clos Lucé en échange du plaisir de converser avec lui chaque jour. Léonard sera nommé « Premier peintre, architecte, et ingénieur du Roi ».

La Joconde à dos de mulet

Léonard n’était pas arrivé les mains vides. Il avait apporté de Rome, à dos de mulet dans des sacoches de cuir, trois de ses toiles préférées : « le portrait d’une Dame de Florence », la Joconde, Sainte-Anne et Saint-Jean Baptiste.

Accueillis royalement grâce à l’amabilité du Directeur général du domaine, nous avons déjeuné dans la magnifique salle des Chasses récemment restaurée à l’occasion d’une visite du Président de la République. Ensuite, sous la conduite de deux conférencières talentueuses, ce fut la visite du château.
Honneur tout d’abord au célèbre escalier à double révolution, constitué de deux rampes jumelles s’enroulant l’une au dessus de l’autre autour d’un noyau creux et ajouré. Deux personnes qui empruntent une rampe différente ne se rencontrent jamais ! C’était, dit-on, le jeu favori de la cousine de Louis XIV, la « Grande Mademoiselle » avec son père Gaston d’Orléans !
Au premier étage, une enfilade de pièces décorées par Jacques Garcia nous donne une idée des décors et de l’ameublement au cours des siècles.
Au second étage, les quatre salles de circulation faisant figure d’arcs de triomphe à l’antique sont consacrées aux emblèmes du Roi François 1er : salamandres et « F » sculptés y figurent par centaines !

Fleur de lys pour un domaine de la République

Point d’aboutissement du grand escalier : les terrasses. Vaste espace de promenade avec une vue spectaculaire sur les toitures, symbiose du gothique flamboyant et de la Renaissance italienne. Au centre du donjon la tour lanterne dont le sommet est orné de la fleur de lys royale.
Au passage nous pûmes voir quelques pièces habituellement non ouvertes à la visite, en particulier la majestueuse « forêt » de poutres des combles, un rappel de celle de Notre Dame.
Jusqu’au XIXe siècle, ce joyau de la Renaissance hébergea rois, empereurs, princes et artistes. Louis XIV y vint, accompagné de la troupe de Molière qui y jouât « Le Bourgeois Gentilhomme ».

La République Française a fait l’acquisition du domaine en 1930. Avec ses 5440 ha, c’est le domaine forestier clos de murs le plus grand d’Europe. Sa superficie est la même que Paris intra muros. Il reçoit un million de visiteurs par an.
Des partenariats sont établis avec des sites prestigieux, en Chine, le Palais d’été, en Inde, le Palais d’Udaipur, en Italie, la Résidence Royale Venaria Reale à Turin.

Lieu de conservation du patrimoine durant la dernière guerre, Chambord abrita notamment La Joconde, un juste retour !

Par Nicole Tordjman - Richesses du Patrimoine

Galerie photo