Bienvenue aux amis diplomates

Bienvenue en France à l’orée de ses quarante ans

Ils étaient soixante à préparer les plats dans les vastes cuisines du Quai d’Orsay et quatre-vingts au garde à vous ou circulant avec élégance, dans les salons, autour des buffets aux armes des Régions qui avaient choisi d’ensorceler les ambassadeurs et les diplomates étrangers, conviés par Bienvenue en France, par la diversité et la richesse de leurs produits. Les élèves de l’école de gastronomie Ferrandi Paris avaient, une nouvelle fois, répondu « présent » sous le regard sans concession de leur professeur de première année, M. Houe.
Le ministre, M. Le Drian, s’est réjoui d’accueillir ses invités en évoquant « la tradition française d’hospitalité ». « Nous souhaitons, a-t-il déclaré en substance, vous aider à aimer une France enthousiaste et attachée à ses valeurs. A découvrir, avec l’équipe de choc de Bienvenue, l’histoire de France à travers les beautés de Paris et les trésors de ses régions ».
Il valait mieux se sustenter après avoir dégusté les champagnes Salon Delamotte et Charles Heidsick offerts à l’arrivée. Car les tentations vinicoles abondaient, France oblige. Citons entre autres, le cocktail « Le grand palais », liqueur de bénédictine et Calvados de Normandie qui voisinait avec les samossas de camembert, les pannequets à l’andouille de Vire. Un peu plus loin, la Région Centre Val de Loire intriguait avec ses rissoles de tredura au bon lard. La Nouvelle Aquitaine rivalisait avec l’Alsace pour ses foies gras. La bataille des huitres battait son plein entre celles du Bassin d’Arcachon, de Quiberon et d’Occitanie. La région Bretagne régnait sur les desserts avec ses crêpes au froment et ses « cooki’zh », à ne pas confondre avec le vulgaire cookie. L’Alsace n’était pas en reste avec des « macarons intenses aux épices de Noël ». Quant à la Bourgogne Franche-Comté, elle avait opté pour une présentation cubiste de ses meilleurs fromages, entre autres Le Morbier et le Comté, qui attiraient les dégustateurs et les photographes de tous pays. La Corse s’imposait avec ses charcuteries dignes des meilleurs caviars et ses « cannellonis de brousse ». Une mention spéciale pour l’établissement Sausin, spécialisé en cuisines historiques. Sa crème de choux fleurs à l’orange saupoudré de coco amère, a toute une histoire. Elle date de l’époque de Charles Quint, qui offrit à François Ier la première fève de cacao venant du Guatemala.
Notre présidente, Amanda Gourdault- Montagne avait choisi de citer Pablo Neruda : « Un seul mot, usé, mais qui brille comme une vieille pièce de monnaie : MERCI ! ». « Merci à notre fondatrice Marie-Thérèse François-Poncet, au seuil de la 40ème année de Bienvenue ; merci à Mme Marie-Reine Fischer, présidente de « Destinations Régions », merci à toutes les animatrices « Une présidente n’est rien sans son équipe et notamment sans Véronique Debieuvre la vice-présidente, les membres du Bureau et les deux assistantes », merci aux chefs du Quai d’Orsay… ». Merci à toutes et à tous. « Que Bienvenue reste ce jardin de la diversité, de l’art de vivre…qui sont la fierté de la France ».
L’orchestre de la Garde républicaine, avait, quant à lui, opté pour l’international, abandonnant les marches guerrières pour jouer avec entrain des airs de jazz. Façon de rendre hommage à nos pacifiques diplomates étrangers.

Par Francine Boidevaix

Galerie photo